Connect with us

Société

LA RELIGION SAWA ACCULTURÉE PAR LEUR SOURCE VITALE : RÉCIT DE DAME EAU

Published

on

L’eau depuis sa création a vu, vécu, entendu et participé à l’histoire de la majorité pour ne pas dire la totalité des peuples de sa sœur la Terre.

Celle que nous allons vous raconter aujourd’hui est celle de du PEUPLE SAWA qui est devenu acculturé avec l’arrivée des colons allemands sur ses terres.

Cette histoire nous est racontée par son actrice principale à savoir DAME EAU lors de notre visite au Musée Maritime de Douala le Samedi 29 janvier 2022 dernier.

SAWA

Récit de DAME © LARTESIA DALLE

Elle a décidé de nous raconter comment malgré elle, elle participe à l’acculturation du PEUPLE SAWA qui la vénère depuis des générations au travers des différents objets patrimoniaux sous forme de photos présents au Musée Maritime de Douala.

Les Colons Allemands déclarent la Guerre au JENGU

La côte camerounaise a été découverte en 1472 par les Portugais sous le Roi Alphonse V par moi raconte DAME EAU.

Cependant, c’est en 1884 plus précisément le 12 juillet qu’elle perd son autonomie via le Traité d’Alliance Germano-Duala et passe sous la gouvernance de l’Allemagne venue en terre camerounaise toujours par mon canal.

SAWA

Traité Germano- Douala © Musée Maritime Douala

Dès cet instant, la guerre des religions a commencé car les Allemands ont décidé d’imposer la leur à savoir le CHRISTIANISME à mon peuple.

Voici comment j’assiste de manière presque impuissante à la destruction et l’éradication du culte qui m’est dédié.

Les Allemands passaient par moi DAME EAU qui était censée protéger mon peuple pour non seulement l’attaquer, mais aussi pour transporter les objets sacrés consacrés à mon culte.

Peuple SAWA

Figure rituelle utilisée chez les ABO © Musée Maritime de Douala

Cette situation a fragilisé spirituellement le PEUPLE DE L’EAU qui n’avait plus moyen de m’invoquer afin que je les aide dans ce combat.

Et pour pouvoir imposer leur idéologie spirituelle, les Allemands en plus du pillage, vol et expatriation par mon canal des objets d’enseignements et de cultes de mon peuple, celui de L’EAU ont appuyé avec leur système éducatif forcé.

C’est ainsi qu’à partir des années 1900, ils construisent les premières églises ainsi que les premières écoles.

Peuple SAWA

Première église baptiste © Musée Maritime de Douala

Peuple SAWA

Imposition de la langue européenne au © Musée Maritime de Douala

Première école allemande © Musée Maritime de Douala

Ce système consistait à la diabolisation de mon culte « L’ISANGO JENGU » qui a eu comme conséquence l’abolition des « LOSANGO » et l’interdiction de parler la langue Duala qui était notre moyen de communication.

Peuple SAWA

DAME EAU, toute triste nous raconte que c’est elle et c’est par elle sans le vouloir que son peuple a souffert.

Elle nous raconte donc l’histoire religieuse du PEUPLE SAWA avant l’arrivée des colons.

 La Religion du Peuple de l’EAU avant les Colons

Avant l’arrivée des colons, la religion du PEUPLE SAWA était principalement la mienne à savoir le « JENGU » ou encore « CULTE DU JENGU » que l’on appelle aujourd’hui NGONDO.

Le « JENGU » est à la fois un culte, une société secrète et une croyance qui est monothéiste.

La société traditionnelle était organisée autour de 07 sociétés initiatiques ou secrètes à savoir :

  • ISANGO (singulier de LOSANGO) JENGU plus connu sous le nom de mami wata ou sirène qui est la principale divinité SAWA
JENGU

JENGU © bonasawa.blog4ever.com

  • LOSANGO qui regroupait les 06 autres sociétés initiatiques. Nous pouvons citer entre autres :
  1. SANGO A MENGU : qui est celle qui donne au PEUPLE SAWA des instructions de la part des esprits des eaux par le biais du chef, le plus souvent une femme. Les non-initiés n’ont pas le droit de la voir.
  2. BALONDEDI : qui sont les initiés habiletés à connaître les secrets des pouvoirs néfastes des JENGU.
  3. ESUKAN ou NGAN : qui sont les prêtres psychologues-exorcistes. Ils traitent les patients qui souffrent de problèmes attribués aux esprits des eaux.
  4. L’ISANGO JENGU ne régentait pas seulement la vie religieuse, elle avait aussi pour rôle d’assurer la vie politique et économique des populations.

Elle servait également de médecine et de protecteur, défenseur lorsque le PEUPLE SAWA traversait des moments difficiles.

La Résilience de DAME EAU face au Christianisme

Arrivée à la fin de notre visite, DAME EAU nous fait comprendre que malgré le rude combat des colons pour l’effacer des mémoires de son peuple ; et même du gouvernement camerounais qui interdit la pratique du NGONDO en 1981 la jugeant très dangereuse avant de la rétablir en 199, elle a su résister.

Même si elle déplore le fait que la religion SAWA soit aujourd’hui hybride avec la venue du christianisme, elle est fière que la tradition du JENGU continue jusqu’à nos jours.

Et elle souhaite que le réveil du « RETOUR DES OBJETS SACRÉS CAMEROUNAIS » particulièrement SAWA continue de grandir afin que ceux-ci retrouvent leur environnement originel.

Dame Eau

Réappropriation de la mémoire collective du peuple camerounais © Musée Maritime de Douala

ELLEN KEY a dit je cite :

La culture est ce qui subsiste, quand on a oublié tout ce qu’on a appris

Et un Proverbe Africain dit je cite :

La religion d’un homme est dans son cœur

Malgré toutes les batailles, le PEUPLE SAWA a gardé la religion du culte de l’eau dans son cœur.

Voilà pourquoi il s’est battu et continue de se battre afin que celle-ci soit transmise à la jeune génération pour qu’elle la garde aussi dans son cœur.

Sources : www.africa.la-croix.com / www.lepeuplesawa.com

ESOH ELAMÉ : la prise en compte du magico-religieux dans les problématiques de développement durable : le cas du Ngondo chez les peuples Sawa du Cameroun. Prise sur le site www.journals.openedition.org

RECHERCHES ET ETUDES CAMEROUNAISES : ETHNO-SOCIOLOGIE RELIGIEUSE DES DUALA ET APPARENTÉS, René BUREAU. Prise sur le site www.horizon.documentation.ird.fr

Let The African Vibration Rain On You.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A La Une